Bacchanales n°46 "Ce qu’île dit"

Bacchanales n°46 Octobre 2006

“Ce qu’île dit”
68 poètes des îles et un géographe : Marcellu Acquaviva (Corse), Widad Amra (Martinique), Sergio Atzeni (Sardaigne), Linda Maria Baros (Roumanie), Jeanine Baude, Claude Ber, Marc Biancarelli (Corse), Hervé Bienfait, Faubert Bolivar (Haïti), Evgueni Bounimovitch (Russie), Jana Souhradova-BoxBerger, Nicole Brossard (Quebec), France Burghelle Rey, Nicole Cage-Florentiny (Martinique), Antoine Cassar (Malte), Georges Castera (Haïti), Michel Chalandon, Jean-Pierre Chambon, Kyriakos Charalambidis (Chypre), Duckens Charitable (Haïti), Jeanne Cordelier, Rienzi Crusz (Sri Lanka), Jean Durosier Desrivières (Haïti), Gigi Dessi (Sardaigne), Giovanni Dettori (Sardaigne), Alanu Di Meglio (Corse), Bruno Doucey, Francescu-Micheli Durazzo (Corse), Mohammed El Amraoui, Apisai Enos (Papouasie - Nouvelle Guinée), Mireille Fargier-Caruso, Patrizia Gattaceca (Corse), Kevin Gilbert (Aborigène Australie), Matthieu Jacquelin, Nicolas Kurtovitch (Nouvelle-Calédonie), Maria Kyrtzaki (Grèce), Monique W.Labidoire, Aurélia Lassaque, Catherine C.Laurent (Nouvelle Calédonie), Yvon Le Men, Jean-Yves Loude, André Lucrece (Martinique), Alberto Masala (Sardaigne), Ménaché, Jean Métellus (Haïti), Nancy Morejòn (Cuba), Evelyne Morin, Jacques Moulin, Julia Musté, Roland Nadaus, Dominique Ottavi (Corse), Roger Parsemain (Martinique), Isabelle Pinçon, Marc Porcu, Andréa Portas (Sardaigne), Proclamation au grand chef blanc et à son peuple, Emmelie Prophète (Haïti), Jean-Luc Raharimanana (Madagascar), Petre Raileanu (Roumanie), Anne Rohrer, Jeanine Salesse, Marie Sunahara (Japon), Ghjacumu Thiers (Corse), Hamid Tibouchi, Khal Torabully (Île Maurice), Evelyne Trouillot (Haïti), Françoise Péron.
Couverture, illustrations et hors-texte : Gérald Bloncourt

228 pages • Prix : 20 €

Poème extrait du Bacchanales n°46 "Ce qu'île dit"

Insularité du poème


jusqu’à l’usure de mes lèvres
ma maison payée au moi
ma maison maladroitement
juchée au milieu
des maisons fusillées
au dire de mon voisin analphabète
des maisons dont les fellations
sont apparentes pour répéter un député
dépité en perte de vocabulaire


ma maison fissurée de toute évidence
sans espérance dans l’eau salée


mes mots vivent mal
dans leur abri de papier
angoissé
la mer faisant dangereusement
le tour de mon poème


Georges Castera (Haïti)
Bacchanales n°46 « Ce qu’île dit »
Octobre 2010