Bacchanales n°51 "Sur la guerre et la paix"

NOUVEAU

Bacchanales n°52 Novembre 2014

“Des chèvres noires dans un champ de neige ?” - 42 poètes et 4 peintres algériens contemporains + 4

Edition enrichie

Poètes : Mahdi Acherchour, Soleïman Adel Guémar, Soumya Ammar-Khodja, Djamal Amrani, Andrée Appercelle, Rabah Belamri, Jamel Eddine Bencheikh, Taouti Mohammed Benhenni, Abdelhak Bouafia, Fatima-Zohra Bouchiki, Dahmane Alban Boukelif, Zebeïda Chergui, Mohammed Dis, Tahar Djaout, Mohamed El-Ouahed, Ghaouti Faraoun, Anna Gréki, Abdelmadjid Kaouah, Kateb Yacine, Zineb Labidi, Abdelhamid Laghouati, Zineb Laouedj, Farid Laroussi, Rabah Mounnah, Leïla Nekachtali, Kamel Rachedi, Youcef Sebti, Jean Sénac, Habib Tengour, Hamid Tibouchi, Mohamed Younsi, James Sacré - ÉDITION ENRICHIE 2014 : Bachir Hadj Ali, Mohamed Bouhamidi, Lounis Aït Menguellet, Brahim Hadj Slimane, Anissa Mohammedi, Achour Fanni, Ammar Meriache, Hakim Miloud, Nadia Nwasser, Zineb Laouedj, Samira Negrouche, Farida Aït Ferroukh, Amin Khan
4 peintres algériens + 2 :
Abdelkader Belkhorissat, Édith Berger, Jaoudet Gassouma, Sophie Grangerat (Funso), Denis Martinez, Ould-Mohand

230 pages • Prix : 20 €

Poème extrait du Bacchanales n°52 "Des chèvres noires dans un champ de neige"

La folie des sens


Je suis l’origine
Toutes tes portes sont ouvertes
Mais je suis aveugle
Ma main est mon guide
Elle voit et elle entend
Il arrive qu’elle pleure dans sa douleur
Parce que ses larmes sont apaisement
Parce que tes portes sont ensorcelées
Dès que la vision s’élargit
Mon sang rétrécit
Mon sang est la sève de l’envie
Mes doigts sont l’encrier des psaumes
C’est pour cela que ton chant sauvage
Me fait taire
Je t’effleure par la main du voyant
Je t’arrose de désarroi
Ni sel ni souffre
Pour guérir de tes fantômes
La légende coule vers toi
La mort ne t’atteindra pas
Ô toi l’étincelle qui m’a aveuglé et s’est éteinte
Est-ce-que je t’ai connue vraiment ?
Est-ce-que je te connais vraiment ?
Est-ce-que je te connaîtrais vraiment ?
Je ne le crois pas… Tu es l’offrande de la solitude
Et la blessure éternelle de l’amour impossible
L’oubli sans couleur, le balcon solitaire
Et toi tu es toujours toi
Même si tu l’oublies


Traduit de l’arabe par Zineb Laouedj.


Hakim Miloud

Bacchanales n° 52 " Des chèvres noires dans un champ de neige" (édition enrichie)

Novembre 2014